Nom de famille RONFLARD - par commune

Site créé le 25 avril 2000

Mis à jour le 06 novembre 2006

 

AUTRÈCHE (Indre-et-Loire)

 

Altirpium (9e) - Austreche - Austrechia - Austregia - Astrèche - Autresia (12e , 13e et 14e)


  • Canton de Château-Renault - Arrondissement de Tours.

  • Superficie : 2071 ha - Altitude : 100 mètres - Population 1999 : 405 hab. - Habitants : les Autréchois.

  • Cours d'eau : la Ramberge.

  • Ressources et productions : exploitation forestière.

  • Vie locale : fête communale, dimanche avant Pentecôte. Pêche, chasse. Camping. Fabrique de sabots. Renseignements Tourisme : Mairie - Tél. : (33) 02 47 56 22 03.

  • Origine du nom : du latin altirpium = endroit où il y a une hauteur. Aussi, Altirpium (racine apparentée au latin altus = haut et du mot gaulois apia = eau), soit "la source ou le cours d'eau sur la colline".

  • Blason : la barre et la fleur de lis rappellent l'allégeance au duché prairie de Touraine. La tour évoque les anciennes fortifications, l'arbre symbolise la forêt, l'épi et la fleur de tournesol les cultures, les canettes la chasse, et la jumelle ondée les ruisseaux et l'étang des Héronnières.

Extrait de "Le patrimoine des communes d'Indre-et-Loire" (FLOHIC Editions)

"Aucune trace occupation ancienne n'est attestée sur le site de l'actuelle commune, qui semble avoir été mis en valeur à partir du Moyen Âge, sous l'impulsion de l'abbaye de Fontaine les Blanches, fondée au XIIe siècle. Le nom d'Altirpium apparaît au IXe siècle, dans une charte de Charles le Gros ; les noms d' Austrechia, Astrèche ou Austresia sont cités par la suite dans le cartulaire de l'archevêché de Tours, les chartres de l'abbaye de Fontaine les Blanches et celles de l'abbaye de Gâtines. Le Village est alors une châtellenie et une prévôté, qui appartient d'abord au chapitre de Tours, puis devient la propriété des archevêques, qui l'aliènent au début du XIIIe siècle. Le premier seigneur connu est Guillaume de Mauléon (cité en 1228). Les familles de Preuilly, de la Rajace, de Béthune, du Bois, d'Anzely, de Vic, Barbin et Peltereau sont successivement propriétaires du domaine jusqu'à la Révolution". Située à l'extrémité sud-est du canton, la commune occupe un plateau couvert de dépôts de médiocre qualité, ce qui explique la persistance de la couverture forestière sur un tiers des terres. Les registres paroissiaux, remontant jusqu'en 1535, sont parmi les plus anciens du département : ils datent de l'édit de Villers-Cotterêts promulgué par François Ier qui en établissait le principe. La population augmente jusqu'en 1891, où la commune compte 421 habitants. Depuis la démographie est en baisse régulière. L'activité agricole reste aujourd'hui importante ; les cultures céréalières et l'élevage dominent. La proximité de l'autoroute A10 a favorisé l'implantation d'une zone industrielle à la Rivonnerie, ainsi que de deux lotissement.

 

Fontaines les Blanches : De l'Ordre de Cîteaux, fondée en 1125, modeste par ses possessions à l'origine, elle reçoit le titre d'abbaye en 1134. Elle a tous les droits de haute, moyenne et basse justice attachés au titre de châtellenie, droits concédés par Renaud de Château-Renault en 1127 et confirmés par Thibault, comte de Blois, en 1131 puis en 1186. Les terres dépendant de l'abbaye s'accroissent au cours du temps. Au XVIe siècle, elle possède 1106 arpents dans le seul baillage de Touraine. L'expansion se poursuit aux XVIIe et XVIIIe siècles, jusqu'à la révolution où les bâtiments de l'abbaye sont vendus comme biens nationaux puis presque entièrement démolis.

 

Restes de l'abbaye de Fontaine-les-Blanches : logis abbatial reconstruit XVIIIe siècle (salle à voûtes d'ogives XIIIe siècle, salle ornée de peintures murales XIVe siècle), portail d'entrée XVIe siècle, pavillon des cachots XIIIe siècle remanié XVIIIe siècle, porte armoriée 1718 de l'aile ouest du cloître, communs XVIIIe siècle ; caves voûtées. Propriété d'une personne privée. Inscription aux monuments historiques par arrêté du 14 septembre 1949.
 
Les premiers actes des registres paroissiaux sont de 1535 :

 

- baptêmes = 1535 à 1792 (lacunes 1675, 1678, 1679, 1689, 1715, 1721 et 1722).

- mariages = 1591 à 1792 (lacunes 1620 à 1624, 1626 à 1628, 1630 à 1632, 1634, 1636, 1640, 1643, 1645 à 1652, 1675, 1689, 1721 et 1722).

- sépultures = 1539 à 1792 (lacunes 1540 à 1618, 1630 à 1652, 1654 à 1659, 1675, 1689, 1721 et 1722).

- Abbaye de Fontaines les Blanches : sépultures de 1738 à 1789.

 

Curés :

 

BENOIT (1160) - PAYEN (1170) - Jacques SALLIER (1464) - BAZIN (1591-1619) - LEROUX (1619-1626) - LEROY (1626-1641) - André BOURGUILLE (1665-1715) - Jean ASSELIN (1715-1749) - Pierre ROCHEREAU (1749-1768) - Mexme-François GUILLON (1769-1792) - LOISEAU (1802) - MOISAND (1806) - GUINDEUIL (1825) - LABBEY (1835) - JODEAU (1848) - DESLANDES (1856) - VEILLON (1856) - LEON (1871-1875) - Pierre BAUDRY (1875-1876).

 

Maires :

 

OURCEAU (1792) - DUBAULT (1801) - FOURNEAU (1805) - Silvain JPULAIN (1807 et 1812) - Michel BOUREAU (1818 et 1821) - Simon-Pierre JAROSSAY (1826, 1837 et 1840) - Charles-Maurice ARCHDEACON (1846) - TRANCHANT (1848) - GABEAU (1852) - ARCHDEACON (1855) - RABOIN-TRANCHANT (1870) - PELTEREAU-VILLENEUVE (1871 et 1876).

 

Notaires :

 

Blaise MICHAU (1560) - Florentin COLLESSE (1560).

 

Population :

 

Année

Population

Année

Population

Année

Population

Année

Population

1687

61 feux

1741

62 feux

1800

321

1891

421

1696

59 feux

1745

58 feux

1806

317

1901

357

1709

67 feux

1772

84 feux

1820

320

1921

316

1720

63 feux

1787

71 feux

1841

333

1962

356

1725

55 feux

1790

284

1851

420

1990

329

 

Divers :

  • Elle appartenait au chapitre de Tours puis fut propriété des archevêques qui l'aliénèrent vers 1200.

  • Avant 1789, la paroisse d'Autrèche était dans le ressort de l'élection d'Amboise et faisait partie du doyenné de Château-Renault, de l'archiprêtré et de l'archidiaconé d'Outre-Loire. En 1793, elle dépendait du district de Château-Renault.

  • Autrèche dépendait du grenier à sel de Tours avant octobre 1723 et de celui d'Herbault ensuite.

  • Elle était une châtellenie et une prévôté qui relevaient, pour majeure partie, de Château-Renault.

  • Plan cadastral, dressé par BRIAU géomètre, terminé le 10 juin 1835.

  • L'église est placée sous le vocable de Notre-Dame. L'époque de fondation est inconnue mais il est présumable qu'elle existait au IXe siècle.

  • Carte de Cassini : Voir

  • Site Internet (vous sortez du site) : www.loire-france.com/autrèche

Patrimoine :

  • Eglise Saint Martin (1ère moitié XIe, XIIe, XVe, XVIe, XIXe), rue du Général de Gaulle : nef unique lambrissée, chœur plus étroit, abside en cul-de-four, murs en petit appareil, portail et fenêtres plein cintre. Statue de St Eloi (vers 1500), retrouvée dans le grenier du presbytère de Château-Renault en 1988. Pietà (XVIe), provient de l'abbaye de Fontaines les Blanches. Cloche (1869). Tribune (1900). Tableau XVIème siècle. Propriété de la commune. Inscription aux monuments historiques par arrêté du 19 juillet 1926.

  • Château (de 1825 à 1830), Beaumarchais : construit sur les anciennes ruines d'un monastère relié par des souterrains à l'abbaye de Fontaines les Blanches. Le nom de Beaumarchais signifie "Belle mare" en tourangeau. Propriété des Fonteuillat jusqu'à la seconde guerre mondiale, il devient une maison pour enfants handicapés jusqu'en 1971.

  • Autres châteaux : les Hayes néo-gothique troubadour XIXe siècle ; la Ramberge XIXe siècle.

  • Inscriptions des Compagnons (XIXe et XXe), salle des Manèges, Mairie : fragment de mur, venant d'une maréchalerie située rue du 8-Mai, couvert de signatures des Compagnons du Tour de France.

  • Bois de Corneau. Étang des Héronnières. Etang de Fontaine-les-Blanches avec son îlot. Site de l'abbaye, au bord de l'étang, dans le vallon boisé de la Ramberge.

Bibliographie et archives :

  • Fonds Salmon, titres originaux (bibliothèque de Tours).

  • Archives historique du 37 : C 603, 657, 877 (Titres de l'abbaye de Fontaines les Blanches), C 633 ; E 52 ; G 13 (Chartes des abbayes de Gâtines et de Fontaines les Blanches).

  • Cartulaire de l'archevêché de Tours.

  • Hist. monasterii B.M. de Fontanis albis, dans les mémoires de la Société Archéologique de Touraine (286).

  • D. Hous. V 1830, VIII 3468, XIV.

  • Rôle des fiefs de Touraine.

  • GOYET, Nobilaire de Touraine.

  • Gallia Christiana, XIV.

  • Recueil des histoires des Gaules, IX.

  • Maan, S. et Métrop. ecclesia Turonensis, 121.

  • Mémoire de Société Archéologique de Touraine (V 260, IX 163).

  • Chamel, Histoire de la Touraine (III 357).

  • Beauchet-Filleau, Dict. des familles de l'ancien Poitou (I 238, II 683).

  • Expilly, Dict. des Gaules (I 381).

  • Joanne, Géographie d'Indre-et-Loire (34, 94).

  • Lambron de Lignieu, Notes sur les abbayes de Touraine (manuscrit 1494, bibliothèque de Tours).

  • Lhermitte-Souliers, Hist. de la noblesse de Touraine (462).

  • Conférence de la rédaction de la coutume de Touraine (486).

  • P. Anselme, Hist. de la maison de France (II 323, IV 541).

RONFLARD

Dès les premiers registres de 1539 on note la présence de trois couples RONFLARD : François (~1510-vers 1550) époux de Jacquine GILLET (au moins 5 enfants), Mathurin (~1515->1556) époux de Jeanne CATHELINEAU (au moins 4 enfants), Louis (?-<1552) époux de ? [dont, au moins, un fils Jean (<1542->1552)] et aussi l'existence de Jeanne RONFLARD (<1522->1542), épouse de Louis CATHELINEAU. Ils sont probablement frères et sœur et leurs naissances peuvent être estimées entre 1510 et 1520.

Il n'y a plus de naissance RONFLARD à Autrèche entre 1555 et 1592, puis François RONFLARD (1555->1602) et (E)Thiennette SULPICE, mariés en 1591, y ont 4 enfants (1592 à 1602).

A nouveau, rien jusqu'à 1630 où deux couples : Antoine RONFLARD (1606->1656) et Jeanne CHAUVIN, François RONFLARD (~1597->1638) et Françoise POYRIER, vivent à Autrèche.

Plus d'un siècle après, Jacques RONFLARD (1732-1798), vigneron, et son épouse Marie MOT(H)IER vivent, de 1753 à 1758 (environ), à Autrèche à Fontaines les Blanches où ils ont 2 enfants.

Au XXe siècle, Madeleine RONFLARD (1892-?) y vit (à la Logerie puis à la Sibardière) de 1926 et 1936 (au moins) avec son époux, Edouard VAUGEOIS, et leurs 2 enfants, Robert et André.

Chiffres : 18 baptêmes, 7 mariages et 4 inhumations y ont été mis à jour, tous avant 1792.