Nom de famille RONFLARD - par commune

Site créé le 25 avril 2000

Mis à jour le 06 novembre 2006

 

MOSNES (Indre-et-Loire)

 

(Badonias) - Medonna - Moona (13e)


  • Canton d'Amboise - Arrondissement de Tours.

  • Superficie : 1 450 ha - Population 1999 : 746 hab. - Habitants : les Mosnois.

  • Cours d'eau : la Loire et le ruisseau du Rhu.

  • Origine du nom : Mosnes est l'héritière de l'ancienne Mausona (villa) = domaine du gaulois Mausos. La forme la plus ancienne serait badonias (8e), mais il semble qu'il s'agisse d'une graphie défectueuse. Beaucoup plus tard nous trouvons Medonna puis Moona (13e). Autres théories étymologiques : mosnée = mouture du grain et droits qui lui étaient attachés; mediconnum vicus = village de la médecine : lieu où l'évêque de Tours, St Perpet (6e), construisit une église et dont la présence de nombreuses sources aurait fait de cet endroit un village de "thermalisme".

Extrait de "Le patrimoine des communes d'Indre-et-Loire" (FLOHIC Editions) :

 

"Des haches et un poignard de la période néolithique ont été trouvés sur le territoire de la commune, au bord de la Loire, et de nombreux outils paléolithiques sont régulièrement découverts sur le plateau. A l'époque gallo-romaine, Mosnes constitue une étape importante de la voie Tours-Orléans qui traversait la commune au Vau. Le village est alors un poste frontière des Carnutes, mentionné sur l'itinéraire routier dit "Anonyme de Ravenne", recopié au IXe siècle à partir d'un document du Ve siècle. En 932, Hugues, duc des Français, abbé de Saint-Martin, rend à cette église la terre de Mosnes dont ses prédécesseurs s'étaient emparés. La châtellenie de Mosnes et Vallières demeure ecclésiastique jusqu'à la Révolution. Huit fiefs se trouvent sur le territoire du bourg, dont deux sont dotés d'un logis seigneurial donnant droit à leurs propriétaires de percevoir le cens. Celui du "Grand Hôtel de Mosnes" relève d'Amboise. En 1298, il appartient à Raoul de Maonne et passe par la suite aux mains des familles Dudouet, Thibault, Lelièvre, de Périon, Quétier et Perceval. Le territoire de l'actuelle commune était situé dans les axes de communication majeurs que constituaient la vallée de la Loire, à une époque où les plateaux étaient encore couverts de forêts impénétrables, et nord-sud, reliant la vallée de l'Amasse à la Loire. L'antique route des Montils correspond à peu près à la voie romaine d'Orléans (Genabum) à Tours (Caesarodunum) par la rive gauche, qui a été également la route des grandes invasions du Ve siècle. Dès le début de l'époque médiévale, le bourg de Mosnes apparaît dans les textes. Il se trouvait être une sorte de paroisse frontière, objet de rivalité entre les comtes d'Anjou et les comtes de Blois. La place de l'Eglise a été fortement modifiée par le déplacement du cimetière qui entourait l'église jusqu'au Premier Empire, et par son remblaiement dû au percement de la route de Vallières-les-Grandes. Le passage du tramway électrique a également obligé la commune à effectuer un réalignement la rue Nationale vers 1911".

 

Les premiers actes des registres paroissiaux sont de 1580 :

  • Baptêmes 1580 à 1792 (lacunes : 1596 à 1641, 1666, 1678, 1703, 1705, 1706).

  • Mariages 1634 à 1792 (lacunes 1671 à 1676, 1678, 1703, 1705, 1706).

  • Sépultures 1642 à 1792 (lacunes 1646, 1663 à 1666, 1672 à 1676, 1678, 1703, 1705, 1706).

Curés :

 

MASSON (1664-1676) - GOULIN (1677-1690) - BROSSIER (1691-1736) - DUMAN (1737-1753) - COULLON (1754-1781) - THOMAS (1782-1792)

 

Notaires :

 

Jean PERCEVAL (1603-1631) - Louis PERCEVAL (1628-1644) - Nicolas HARDY (1631-1700) - François LORIN (1700-1708) - Pierre LORIN (1708-1740) - Jacques BELLUOT (1758-an IV).

 

Population :

 

Année

Population

Année

Population

Année

Population

Année

Population

1687

185 feux

1744

191 feux

1820

752

1906

942

1696

141 feux

1772

168 feux

1836

932

1936

746

1713

163 feux

1783

191 feux

1851

989

1954

730

1720

160 feux

1789

180 feux

1866

1031

1968

639

1732

201 feux

1800

786

1881

1062

1990

680

 

Divers :

  • Mosnes appartenait à l'élection de Blois avant 1577 et de celle d'Amboise ensuite.

  • Mosnes appartenait au bailliage d'Amboise avant novembre 1765 et de celui de Tours ensuite.

  • 1er plan cadastral : 1809.

  • Site Internet (vous sortez du site) : www.loire-france.com/mosnes

Patrimoine :

  • Hache polie (néolithique), collection particulière.

  • Eglise Saint-Martin (XIIe, XVIe et XIXe), place du Bourg : Le vitrail de Jeanne d'Arc a été offert par l'abbé Marchand avant 1887, ceux de Sainte-Odile et Saint-Thomas, la Nativité et les Mages par Mme de Rorzan, propriétaire du château du Sentier. D'autres ont été offert par les paroissiens.

  • Lavoir couvert (XVIIe et XIXe), impasse de la Fontaine.

  • Château de Thomaux (XVIIIe et XIXe), 12 rue des Thomaux : Construit, au XVIIIe siècle, par les Perceval, probablement à l'emplacement du Grand Hôtel de Mosnes, d'époque médiévale. Acheté par la comtesse de La Villeboisnet en 1920 et revendu aux sœurs de Saint-Charles de Nancy, il a hébergé le ministère de l'Air en 1940. Revendu, il a longtemps servi à loger une colonie de vacances.

  • Maison (XVe), place de la Fontaine.

Bibliographie et archives :

  • "Mosnes, son histoire", LSM, 1997 - THIBAULT-FOURRIER.

RONFLARD

Pierre et Jean RONFLARD (et leur père Marin, veuf de Marie MARTIN), originaires de Limeray après avoir vécu à St Ouen-les-Vignes, se marient et s'installent à Mosnes vers 1735. Leurs descendants ainsi que les descendants de Charles RONFLARD, venu épouser Madeleine LENOIR en 1787, vivent à Mosnes jusque vers 1850. Jean suit l'un de ses enfants à Vallières-les-Grandes, d'autres de leurs descendants vont s'installer à Rilly-sur-Loire.

Chiffres : avant 1792, 16 baptêmes, 4 mariages et 2 inhumations mis à jour. Après 1792, 4 naissances, 1 mariage et 6 décès mis à jour.